Penultim dia de bicicletta. Dia de moltes sorpreses!

 

 

 

El dia es presentava mes o menys tranquil, uns 45km plans fins a una poblacio i 100km mes amb autobus per avançar una mica i tambe evitar uns 35km de pista amb molta pols.

1a surprise- MERDA DE COMUNICACIONS!!!

Fem els 45km en 2h, rapit tenint en compte els 40kg d sota el cul. Pero la sorpresa va ser q l’autobus tansols feia 50km dels 100km q nosaltres haviem pensat, a mes a mes la carretera no estava asfaltada i trigava 2h30’. Sort q vam agafar el bus a les 10.30 ja q haviem començat a pedalar a les 8am.

Durant aquests 50km de bus, vam creuar molts ponts amb rius de diferent amplada i parlant amb una senyora ens va dir q en aquella zona tansols hi havia un riu q es deia Bongo q tenia cocodrils. Amb l’experiencia passada (post “puntxada mortal”) volia anar ben informat i sense sorpreses.

Fi de trajecte del bus i ens deixa a una cruilla on hi havia un restaurant i un supermercat… vam flipar, mirem googlemaps i ens quedaven 40km per arribar al poblet proxim on ens esperava en Dylan, un altre warmshowers.

Una pista de terra amb bon estat pero amb molta pols i un sol q trenca les pedres.

2a surprise- EL CAMI SECRET

sortosament, parlant amb el jove del super q era del Barça i feia btt, ens explica una variant q anava per la platja i q t’estalviava km i menjar pols.

Resulta q quan la marea es baixa es pot passar per la sorra d la platja durant 20km ja q es molt dura i es pedala perfecte. Entusiasmats per l’aventura, menjem un casado (casado=plat combinat de l’aborrit arros con frijoles o gallo pinto, q esmorses, dines i sopes en tot centroamerica) i sobre les 14,15h, en plena calor anem cap a l’infinit.

Despres de 5km d merda d pista polsegosa arribem a una meravellosa platja desertica sense res… i q es perdia en l’horitzo. QUE BONIC!!!! Paisatge brutaaaaal q et treu la respiracio. Comencem a pedalar just al limit d’on arriba l’aigua. Per flipaaaaaaaaaaaaar.

Per flipar tambe va ser lo poc q va durar l’emocio. Resulta q de cop i volta ens enfonsem, amb l’aigua la sorra queda  enganxada a les llantes i la bici frenada… impossible avançar. Obrim els pons de fre pero continuem sense poder avançar. Total q comencem a empenyer les bicis sota un sol de justicia al ben mig d’una platja i sense una pu… ombra. Va ser horrrible, vam provar per l’aigua, per la sorra, per una pista paral.lela a la platja… pero massa sorra tova. Vam tenir d’empenyer 1h30’ per fer 2km cagats d’aquesta merda de platja….hahahahaha

Sort q al menys alli ens podiem banyar per refrescar-nos.

3a surprise- UN ALTRE PARADIS!!!

Eren sobre les 15,30h i la sorra es fa endurir tant q quasi no deixavem marca al pedalar. ESPECTACULAAAAAR!!! Paisatge indescriptible, una sensacio de llibertat i d’infinit extrema, res enlloc, ningu enlloc, cap construccio enlloc…. tansols vegetacio, sorra, el marrrrrrr… i nosaltres… indescriptible…

Vam fer fotos, vam fer videos, ens vam banyar, pero rapid, ja q el temps tampoc s’atura en quests moments magics… i amb 1L d’aigua si se’ns fa fosc ho passariem malament.

4a Surprise- MERDA….Q COLLONS ES AIXO???

Pedalant a 25km/h, amb una sensacio mig d navegar mig de volar per la boirina dels esquitxos de les onades, veiem q de sobte la platja quedava tallada. El q faltava, un riu desembocant al mar. Entre 5m i 50m d’amplada formant un ventall obert majestuosament amb l’unio amb el mar… si, si, molt bonic pro amb bicis d 40kg a veure com ens ho fem. L’Alex m’aguanta la bici i vaig a peu a veure que tal… per la zona d 5m impossible, massa corrent i a mida q anava avançant la sorra em desapareixia de sota els peus i no es veia la profunditat degut a la turbidesa de l’aigua. Anem a provar per la part ample de 50m, just on no identificaves si era riu o era mar. Pero abans vam mirar el mapa per saber on estavem, quan quedava i si havia alguna opcio… i sabeu q? Sabeu com es deia el riu? Sorpresaaaaaaaaaaaaaa!!!! Es deia BONGO!!!

MecagunlosCOLLOOOOOOONS!!!!! El puturiu q diuen q hi ha cocodrils i una mica mes i m’hi foto fins a la cintura!!!! Quasi q em poso a plorar… q fort…

Be, aqui tenim un problema MOOOLT greu. Els q em coneixeu ja sabeu q em costa molt posar-me nervios, pero aixo em superava… Intento tranquilitzar-me lo maxim q puc i comencem a valorar les diferents opcions. Tornar enrere   impossible, es faria fosc, creuar pels 5m impossible, buscar un nou pas impossible, al final tansols ens quedava l’opcio de creuar pels 50m… al cap i a la fi els cocodrils no van al mar, no? Penso en agafar la navalla, pero q faig amb una navalla d 4 dits contra un cocodril q no se ni com son… res encara me la clabaria jo mateix.

Poso un peu, poso un altre, faig 5m i l’aigua m’arriba tot just sobre els turmells, sense deixar de mirar a tot el meu davant i amb el cul mes apretat q mai li dic a l’Alex q si veu alguna cosa q es mou per petita q sigui q foti un crit el mes fort possible… continuo caminant 10m mes, i mes, i mes… passo la meitat, estic a punt d’un atac de panic… molt fort… continuo caminant… de cop i volta començo a esfonsar-me, el terra era mes tou, el cabal de l’aigua augmenta, em queden uns 10m per arribar a l’altre costat, estic suant com un porc, continuo caminant sense mirar enrere, aigua fins al genoll… no em veig els peus… aqui crec q se’m va escapar alguna cosa i vaig embrutar els culots… hahaha

De cop i volta la xancleta de velcros se’m queda engantxada sota l’aigua. Ahhhhhhhhhh… panic… adrenalina pura… foto estravada i perdo la xancleta… MERDA!!!! No puc pedalar descals i no tinc cap mes calçat!!! Putaxancleta on es!!! De cop i volta la veig com flota a 1m… llançament d braç i l’agafo a l’ultim moment… hahaha… començo a correr com un desgraciat fins q aconsegueixo creuar.

La suor freda em baixava pel front, el cor m’anava a 150ppm, l’Alex i les dues bicis a l’altre costat del riu, necessitava relaxar-me i tranquilitzar-me una mica per pensar… llavors sento…

-Jordi… tot be?

(i penso… hahaha… q si tot be? Una mica mes i m’agafa un atac de cor!!!!)

Pero aleshores vaig pensar… q collons fots? Es fa de nit, l’Alex ha d creuar si o si i les bicis tambe, no hi ha cocodrils al mar, per tant TRANQUIL!!!

-Si Alex, tot b. Una mica mes i perdo la xancla, pero tot be…

Em cordo be la xancla i li dic q comenci a creuar amb una bici i jo l’ajudo a la part fonda.

No us podeu imaginar l’estres q vaig passar creuant 5 cops aquell maleit riu pensant amb els cocodrils… fataaaaaal….molt malament… al meu limit d patiment…

5a Surprise- QUINS CABRONS!!!

Despres del riu vam anar pedalant tan rapid com vam poder fins a tocar civilitzacio. Vam respirar una mica mes tranquils, vam fer un refresc i vam continuar pedalant, eren les 17,30h, quedava 1h maxim de llum i ens quedaven uns 15km (en portavem 70km). Ja quedava poc, l’esforç del dia ja era considerable per la calor, l’estres i els km. Tant sols ens quedava creuar per la muntanya d’una platja a una altra i ja esta, aixi q a pedalar… pero sorpresaaaaa…

A l’agafar el carrer q sortia d’on estavem ens trobem amb un mur de 200m i un desnivell del 25%; tan sols el pujaven quads, motos i 4×4. Per flipar. Tossut com soc i agradant-me els reptes personals el vaig pujar tot sencer sense parar i al limit de posar peu a terra uns 8 cops. I quan arribo a dalt em trobo a un home d’una casa q m’aplaudeix. Quant vaig recuperar l’ale li vaig demanar si em podia donar aigua. M’en va donar i vam parlar uns minuts fins q va arribar l’Alex q ja començava a cagar-se amb tot. Eren les 17,50 i ens quedaven uns 40’ de llum, l’home ens va dir q el cami era dur pero q teniem temps d’arribar.

La pujada no acabava mai, sempre amunt i trams q van fer donar el millor de mi i tot s’ha de dir, en un punt vaig posar peu a terra i ja sabeu el q em costa posar peu a terra. L’Alex anava pujant a peu i empenyent la bici com podia….

La humitat era extrema, la calor horrible, el cansament maxim. Parava tot sovint a mirar el googlemaps, no volia cap error i ni fer un metre mes. El mobil no funcionava be amb els dits molls de suor i la humitat q hi havia, tenia q aixugar-me les mans amb una samarreta de coto, per colmo d tant en tant passava algun quad a tota merda q et deixava com una croqueta… aixi van anar passant els minuts fins q ja no veiem un pijo amb jersei groc a 5m, aixi q frontal al cap i a continuar pujant. Vam pensar uns quants cops amb el CABRO q ens va dir q podiem arribar de dia sense problemes…hahahaha.

Ja portavem mes d’1h pedalant de nit, l’entorn era surrealista… i cada cop era mes petit ja q les piles dels frontals s’anaven acabant… l’atmosfera es podia tallar amb un ganivet, entre l’humitat i la pols permanent es creava un boira mistica… la nit començava a tenir una dimensio diferent; sorolls i crits desconeguts per nosaltres, de tant en tant algun ocellot q passava amb vol rasant, branques q es mobien al nostre voltant, una quantitat indeterminada de puntets brillans per tot arreu q rapidament vam adonar-nos q eren ulls q ens miraven… aranyes!!! amb el frontal feies brillar els seus ulls arreu on miressis. Gripaus gegants saltaven al passar nosaltres i et fotien un ensurt q flipes, l’Alex al fer les pujades a peu va veure dos escorpins…   Tot plegat era per fer una pelicula de por…

La pobre Alex estava fins als collons, amb el cansament general, la calor i humitat i la por q li te a la nit ja no podia mes… no em deixava q em separes d’ella ni 10m…

Finalmet a ls 20h15’ despres de 45km d’asfalt, 45km d platja i pistes i 2h de pedalar d nit vam arribar a casa del Dylan q tot sorpres ens va preguntar si tot ens havia anat be i q evidentment nosaltres vam dir q si… cap problema… els Catalans feem aixo moltes vegades… hahahaha

Ultima sorpresa- QUEEEEEEE!!!

A l’endema vam explicar la nostra aventura al Dylan i tot flipant ens va dir q vam tenir molta sort. Resulta q en epoques de pluja, quan el riu va molt crescut i baixa molta aigua, es molt normal q es vegin cocodrils al mar on desemboca el riu Bongo i q en epoca seca de tant en tant algun hi va per buscar menjar ja q n’hi ha poc.

No cal q us expliqui el caretu q se’ns va quedar a l’Alex i a mi, oi?

Sort q ja estavem a lloc segur i tan cansats encara q ja no vam voler pensar mes en aquella situacio…

Avant-dernier jour de velo. JOUR DE NOMBREUSES SURPRISES.

La journée semblait plus ou moins calme avec un plan de 45 km juqu’a un petit village et 100 km de plus en bus pour avancer un peu, et ainsi eviter de pedaller sur une piste poussiéreuse.

1er surprise- LIAISONS de MERDE!!!

On fait les 45kms en 2h, plutot rapide tenant compte des 40 kg qu’on a sous le cul. Mais la surprise fut avec le bus qui a seulement fait 50 kms et ce sur une piste qui nous a pris pres de 2h30 ‘. Quelle chance qu’on ait commencé à pédaler à 8h du matin et qu’on ait pris le bus à 10.30!

Pendant les 50 km de bus, nous avons traversé de nombreux ponts avec des rivières de largeur différentes et en parlant à une dame, on nous dit que dans la zone il n’y a seulement une rivière ,appelée Bongo, ou il y aurait des crocodiles. Avec l’expérience passée (post “mortel puntxada”) on voulait être bien informés et ne pas avoir plus de surprises!

Le bus nous laisse finalement à un carrefour avec un petit restaurant et un supermarché ou passer le temps … On regarde ou on est avec googlemaps et on hallucine en voyant qu’il nous reste plus de 40 km pour rejoindre le village où nous attendait Dylan, un autre warmshowers, et ce sur une piste poussiéreuse et sous un soleil a casser des pierres… dur.

2e surprise- LE CHEMIN SECRET

Heureusement, en parlant avec un jeune du Super (qui était Barça et faisait du vélo!) il nous explique une variante de route qui passe par la plage et qui nous evite de manger la poussière et les kms. Quand la marée est basse, il est possible de passer par la plage pendant 20 km grace au sable qui est déjà assez dur et qui se pédale parfaitement. Excités par l’aventure! En attendant on mange un Casado (ou gallo pinto: un plat combine de riz avec des haricots, qui se mange  pour le pti dej, midi et soir dans toute l’Amérique centrale) et vers 14/15h, on commence a pedaler dans la chaleur jusqu’a l’infini.

Après 5 kilomètres de merde sur une piste poussiéreuse on atteind enfin une magnifique plage déserte qui se perd à l’horizon. TROP BEAU !!!! Un Paysage brutaaaaal qui coupe la respiration. On commençe à pédaler a la limite de l’eau. Incroyaaaaaaable.

Incroyable aussi fut le peu qu’a duré l’émotion. Il s’avere que soudainement, on s’enfonse! Avec l’eau, le sable reste collé aux pneus et freine le vélo … impossible d’avancer. On ouvre les freins mais rien n’y fait, on ne peut toujours pas avancer. Et impossible de faire marche arriere. On finit donc par pousser le vélo sous un soleil de plomb sur une plage deserte et sans ombre. horrrible, on essaie dans l’eau, sur le sable, sur une piste parallèle à la plage … mais le sol est trop mou. On a donc dû pousser 1h30 ‘ pour faire 2 pauvres kms de plage …. hahahahaha  Au moins on a pu aller nager pour se rafraîchir.

3ème surprise- AUTRE PARADIS !!!

A 15,30h, le sable s’etait tant durci qu’en pedalant on ne laissait presque pas de trace sur le sable. ESPECTACULAAAAAR !!! Paysage sauvage, un sentiment indescriptible de liberté et d’infini extrême, rien nulle part, personne nulle part, aucun bâtiment …. seulement la végétation, le sable et la merrrrrrr … et nous … indescriptible …

On a pris des photos, on a fait des vidéos, on a nage, mais rapidement, parce que le temps ne s’arrete pas non plus pendant ces moments magiques … et avec seulement 1L d’eau si ca se fait de nuit, ca va se compliquer.

4ème Surprise- MERDE …. C’est un enfer???

Pedalant a 25 km/h, avec une impression de moitie surfer/moitie voler a travers les eclaboussures d’eau, on voit que la plage a été soudainement coupée. Il ne manquait plus qu’une rivière qui embouche vers la mer! Entre 5m et 50m de large, formant une union avec la mer majestueuse … oui, oui, très beau mais avec un vélo de 40kg, je veux bien voir comment on se debrouillera avec ca.  On va à pied pour analyser la zone… celle de 5m impossible du a la taille et au débit massif de l’eau, l’avançee de sable disparaît sous nos pieds et on ne peut meme pas voir à cause de la profondeur et de l’eau floue. On essaye vers la largeur de 50m, mais avant on regarde la carte pour voir où on est et s’il n’y aurait pas d’autres options … et vous savez quoi? Vous savez comment elle se dit la rivière? Surpriseeeeeeeee !!!! Elle se dit BONGO !!! La saloperie de riviere, la seule riviere de la zone ou il y a des crocodiles et un peu plus et je m’y met jusqu’a la ceinture !!!! je commencerai presque à pleurer…

Eh bien, nous avions la un sérieux problème. Ceux qui me connaissent savent qu’il est très difficile que je me stresse… je tente de me rassurer au maximum et on commence à évaluer les différentes options. Retour impossible, ca serait bientot sombre, traverser par les 5m impossible, camper sur la plage impossible a cause de la maree haute, on a seulement la possibilité de traverser par les 50m… de toute facon les crocodiles ne vont pas à la mer, non? J’envisage de prendre le couteau, mais qu’est-ce que je fais moi d’un couteau de quatre doigts contre un crocodile, je serai presque capable de me le planter moi-même!

Je met un pied dans l’eau puis un autre, je fais 5m et j’ai a peine l’eau qui m’arrive aux chevilles, toujours à l’affut je ne quitte pas des yeux les alentours, j’avance avec les fesses plus serrées que jamais, je dis a Alex que si elle voit le moindre mouvement dans l’eau, qu’elle pousse un cri le plus fort possible, j’ai avance de 10m … un peu plus, et plus, et plus … j’ai presque passé la moitié, je suis sur le point de faire une attaque de panique … je continue d’avancer quand soudainement le sable sous mes pieds commence a s’enfonsser, le sol est mou, le débit d’eau augmente, je continue 10m pour atteindre l’autre côté, je transpire comme un porc, marchant toujours sans regarder en arrière, maintenant juqu’aux genoux dans l’eau … ici Je ne vois pas mes pieds …

Soudain, la sandale reste coincee sous l’eau. Ahhhhhhhhhh … panique … adrénaline pure … je fais un sprint a en perdre l’equilibre … MERDE !!!! Je ne peux pas pédaler pieds-nus et je n’ai pas d’autres chaussures !!! Putaindesandale tu es où ?!!! Tout à coup, je la vois a 1m de la qui flotte … lancement de bras et je l’attrape au dernier moment … hahaha … je commence a courir comme un malade jusqu’à arriver a l’autre rive.

Une sueur froide sur mon front, mon cœur a 150p/pm, Alex et les deux vélos de l’autre côté de la rivière, maintenant il faut se détendre et se calmer un peu pour penser … puis j’entend…

-Jordi … Tout va bien? (Je pense … hahaha …  si tout va bien?!! Un peu plus et je fais une crise cardiaque !!!!)  Mais je raisonne … qu’est-ce que tu fous? La nuit tombe, Alex doit traverser et les vélo aussi, il n’y a pas de crocodiles dans la mer, on se calme !!!

-oui Alex, tres bien. Un peu plus et je perd une sandale, mais bon …

J’attache la sandale et je dit a Alex qu’elle commence a passer et je viendrai l’aider. Vous ne pouvez pas imaginer le stress que ce fut d’avoir a passer cinq fois cette maudite rivière…

5ème Surprise- QUELS cretins !!!

Après la rivière on a du pédaler aussi vite que possible jusqua pouvoir atteindre la civilisation. On respire un peu plus calmement, on prend un jus de fruit et on continue à pédaler, il est 17,30h, et il nous resterait 1h maximum de lumiere pour environ 15km (des 70km qu’on a deja fait). L’effort de la journée avait deja ete intense du a une chaleur considérable, au stress et aux kms. Mais il restait peu maintenant!  Juste a traverser les montagnes d’une plage à l’autre et c’est tout, donc a pédaler, mais….. surpriiiiiiiiiiiiiiiise!

En trouvant la rue qui sort du village, on se retrouve devant un mur de 200 m de hauteur et de 25% de pente ou seulement passent les quads, motos et 4×4 en soulevant un nuage de poussiere opaque. Obstiné comme je suis et appreciant les défis personnels je me met en tete de le pedaler entièrement non-stop, et a la limite de mettre un pied à terre au moins huit fois. Et en arrivant enfin en haut je lève les yeux pour trouver une homme qui m’aplaudit. Alors que je reprend mon souffle, je lui demande s’il pourrait me donner de l’eau, et nous avons parlé quelques minutes jusqu’a ce qu’arrive Alex epuisee qui commençe à s’enerver serieusement. Il était 17.50 et il nous restait environ 40 ‘de la lumière, l’homme nous dit que la route n’était pas difficile mais qu’on aurait le temps d’arriver.

Mais la montée ne finissait jamais, allant toujours plus haut, je m’efforcait de donner le meilleur de moi meme, mais je dois reconnaitre qu’ à un moment donné j’ai du mettre pied a terre et vous savez comme j’aime pas mettre pied a terre!  L’humidité était extrême, la chaleur horrible, un épuisement maximal. On s’arrête souvent pour regarder googlemaps, on ne voudrait pas la moindre erreur et avoir de faire un mètre de plus que necessaire. Le téléphone ne fonctionne pas bien avec nos doigts mouillés de sueur et de l’humidité qu’il y avait et il fallait s’essuyer les mains avec une chemise en coton, le comble etait que de temps en temps passaient un quad et le nuage qu’il soulevait nous enrobait de poussiere et nous laissaient comme deux petites croquettes. .. il nous restait plus qu’a attendre qq minutes jusqu’à ce qu’on puisse y voir a plus de 2m, on se met la lumiere frontale et on continue à monter. On a pensé à de nombreuses reprises a ceux qui nous ont dit que la route etait tranquille et se fairait sans problemes …cretins. en voiture oui hahahaha.

Deja 1h qu’on pedalait de nuit, le cadre était surréaliste … et le devenait de plus en raison des batteries des frontales qui baissaient … une ambiance a couper au couteau, créé par l’humidité et la poussière… une nuit mystique avec un brouillard permanent, on est entres dans une dimension différente entre les bruits et les cris inconnus, parfois un oiseau qui nous frole avec un vol en pique, des branches autour de nous que fremissent, et une quantité indéterminée de points brillants partout autour de nous qu’on réalise rapidement sont autant d’yeux qui nous regardent .. . d’araignées !!! la lumiere faisait que les yeux brillaient partout où on dirigeait la lumiere. Des crapauds géants a faire des bonds a notre passage, et Alex qui montait a pied poussant le velo a vu passer deux scorpions … Tout cela digne d’un film d’horreur …

Alex la pauvre etait au point de craquer avec la fatigue générale, la chaleur et l’humidité, avec ca la peur qu’elle a de la nuit, et elle ne laissait pas que je me sépare d’elle de plus de 10m …

20h15 et finalment après 45 km d’asphalte, 45km de plage et de pentes et avec 2 heures de pédalage de nuit nous sommes enfin arrives chez Dylan qui, lui-même surpris, nous a demandé si tout s’etait bien passe, évidemment on a dit que si, aucun problème … les Catalans font ce genre de choses souvent … hahahaha

Dernière surprise- Quoiiiiiiii??!!!

Le lendemain, on raconte toute notre aventure a Dylan qui nous dit qu’on a eu la chance… pendant la saison des pluies, lorsque la rivière a beaucoup grandi et que le debit d’eau est important, il est tres normal de voir des crocodiles la où debouche la riviere Bongo a la mer, et que pendant la saison sèche de temps en temps on en trouve qui sont à la recherche de nourriture, rare a cette epoque.

Pas besoin de vous dire la tete qu’on a fait Alex et moi, non?  Une chance qu’on était maintenant dans un enfroit sur et encore tellement fatigués, qu’on a pas voulu penser plus à cette situation …

puntxades mortales

 

-Jordi, Jordiii, Jordiiiiiiiiiiiiiiiii….

-q passa???

-q he tornat a puntxar…

-…collons Alex…mira be per on passes… ja es el 8e cop q puntxes, a la camera aviat es veuran mes parxes q goma….

Mentre es desinflava la roda i acabant la inercia q teniem, creuem un pont amb un riu. Aixi q parem de cop i volta i l’aigua ens facilitara la tasca de trobar la puntxada.

Un cop desmuntada la camera anem cap al riu i agafo dues cameres mes q portavem tambe puntxades. El riuet ens va anar de perles per trobar tots els forats… tambe vam aprofitar per rentar-nos les mans i refrescar-nos el cap i els peus. La baixada al riu va ser una mica forçada per lo tupit de la vegetacio.

Un cop tot arreglat continuem el cami cap a casa l’Esteban, un warmshower q vam trobar per internet.

Una vegada arribats a casa seu i instalats va sortir la seguent conversa:

-…si, si, i ademas tubimos q reparar los tubos (camares), suerte q habia un rio q nos ayudo a encontrar los bujeros.

-como dise mae!!! Entraron al rio mae?

-si, porque?

-donde estaba ese rio maee?

-justo antes de Canyas (nom d’un poble)… por?

-maeeee…q dises loco… ese rio esta lleno de lagartos maeee!!!

-bueno, las iguanas tampoco asen nada, no?

-no huevon… q iguanas dises maeee… si lo agarra un lagarto lo mata a uno maeeee

-como???

-maeeee… ese rio esta lleno de cocodrilos maeee!!!

En aquest moment vaig recordar durant uns segons l’estona q vam passar tranquilament al costat del riu i refrescant-nos. Crec q se’m va treure tot el more d la cara de cop. Vaig tenir un moment de vertigen i panic a l’hora tan sols de pensar en el q hagues pogut passar.

La lliço va quedar apresa… rius a Costa Rica=cocodrils!!!

 

-Jordi, Jordiii, Jordiiiiiiiiiiiiiiiii ….

Qu’est ce qui se passe ???

-J’ai encore creve …

-… Damn … Alex regarde un peu ou tu vas … c’est déjà la 8ème fois que tu creves,  yaura bientôt plus de rustines que de chambre a air ici….

 

Alors que le pneu se degonfle, on traverse un pont avec une rivière. On s’arrête donc au point nome et l’eau nous facilitera la tâche pour trouver le crevaison.

Une fois démontée la roue, j’emporte vers la rivière la chambre a air et deux autres qui sont également crevees et qu’on trimbale depuis un temps. La descente de la rivière a été quelque peu forcé par l’amas de végétation, mais cette petite riviere nous ira genial pour pouvoir trouver tous les trous sous l’eau… et on en profite pour se laver les mains et se rafraîchir la tête et les pieds.

Une fois que tout est arrangé on se remet en route jusqu’à la maison d’Esteban, un Warmshower que nous avons trouvé en ligne.

 

Une fois arrivé à sa maison et instales vient la conversation suivante:

-… Oui, et d’ailleurs on a du faire la réparation des tubes (chambres a air) on a eu la chance qu’il i avait une riviere pas loin qui nous a aide à trouver les trous.

-Quest ce que tu dis mae ?!!! Vous etes entres dans la rivière mae?

-Oui, pourquoi?

-C’etait ou cette riviere MAEE ?

-juste avant Canyas (nom de la ville) … et pourquoi?

-maeeee qu’est-ce que tu dis… loco! cette rivière est pleine de lagartos maeee !!!

-et quoi, les iguanes ne font rien, non?

-Non mon gars … quels iguanes maeee?… si un lagarto t’attrape, il te tue maeeee

-comment ???

-maeeee cette rivière est pleine de crocs maeee, crocodrilos !!!

 

A ce moment, je me suis souvenu pendant quelques secondes du temps passé tranquillement pres de la rivière a nous raffraichir. Je crois que mon visage en a perdu toute couleur. J’ai eu un moment de vertige et de panique en imaginant ce qui aurait pu se produire.

La leçon restera bien aprise … rivières au Costa Rica: Crocodiles!!!

Puedo banyarme?

El motiu d’aquest post ve d l’experiencia viscuda degut a la diferencia entre cultures.
Tot va passar a l’arribar sobre les 16.30 a un camping al costat del mar. Era portat per una familia de pescadors molt senzilla i de pocs recursos que cobraven 5€ per dormir. Vam arribar alli despres de 80km d’asfalt amb una calor tremenda. El lloc era un secarral de por amb molta sorra. Per sort tenien unes palmeres que feien bona ombra.
Despres de pagar, el primer que vaig preguntar es si tenien algu lloc per banyar-se i aixi va anar tot:

– …q calor q ase, es horrible… tienen para banyarse aqui?
– si claro, pregunten a Antonio…
– i quien es Antonio?
– mi papa… alli…
(Vaig cap on m’havia asenyalat i em trobo al “papa” amb banyador i tot moll de dalt a baix… i jo amb una calor de por. I brut de pols i suor li dic…)
-Buenas tardes senyor… me han dicho que tienen donde banyarse?
-…si… claro… es alli.
-donde? (em senyala un safareig de 2x2m forsa buit amb mig metre d’aigua)
– …i alli puedo banyarme?
– si, si, como no!

…surto corrents a agafar la tovallola i el banyador… vaig al safreig mentre el “papa” m’explicava q tenien restriccions d’aigua i que tansols a la nit tenien aigua publica per omplir el safreig. Just llavors entro a l’aigua i la conversa va quedar interrompuda uns segons… en aquell moment jo ni me’n vaig adonar ja q estava estirat dins l’aigua fresqueta amb una senscio indescriptible. Qui havia de dir q alli podriem gaudir d’un banyet tant fresquet.
El “papa” va seguir parlant mig d’esquena. Jo vaig atribuir a q li feia vergonya veurem banyant-me. La conversa va acabar al cap d’uns minuts.
Jo despres d 5’ dins l’aigua, m’aixeco, surto del safreig i al anar cap on hi havia l’Alex em trobo al fill.

jo- q rica el agua…
-si
-i como q tienen esa agua?
-es la unica q tenemos para todo el dia, la usamos para cocinar, banyarnos i lavar la ropa…
(llavors tot sorpres vaig preguntar)
-q raro q ustedes se banyen alli dentro
-(i tot sorpres em diu) …no hombre no, uno se banya con el caso!!! (caso = galleda) si te banyas dentro ensusiarias el agua.

En aquest moment vaig entendre els segons en q es va interrompre la conversa del “papa”… No se si el fill va veure l meva cara de sorpres…
Sort vaig tenir q el “papa” treballava a la nit cuidant a una persona gran i q no crec q digues res a la familia del q va veure, ja q al vespre tots vam sopar junts. El sopar va quedar ben bo, aixo si, amb un regust de sorra…hahahaha

 

 

Ce poste vient de l’expérience vecue de la différence entre les cultures.

Ce jour la on est arrivé vers environ 16:30 dans un petit camping en bord de mer tenu par une famille de pêcheurs très simples et avec peu de ressources qu’on a peut etre paye 5$ la nuit. Arrivés là après 80 km d’asphalte et sous une chaleur incroyable. L’endroit était chaud et sec et couvert du sable noir de la plage.Heureusement, ils avaient amenage des endroits ou se reposer a l’ombre des feuilles de palme.

Après avoir payé, la première chose que je demandais était si il avait un endroit ou se baigner et la conversation fut ainsi:

 

– Quelle chaleur horrible dans ce pays… Est-ce que c’est possible de se baigner ici?

– Oui bien sur, demandez a Antonio …

– Et qui est Antonio?

– mon Papa … la-bas…

(Je vais la où on m’indique et je trouve le ‘papa’, portant seulement son maillot de bain et mouille de haut en bas … et moi avec la challeur qu’il fait, tout sale de poussiere et de transpiration, je lui dis:

-Bonne après-midi monsieur … on m’a dit que je pourrai me baigner..

-… … Bien sûr … c’est là.

-Ou? (Il indique un bassin de 2x2m avec un demi-mètre d’eau de fond)

– … Et là, je peux me baigner?

– Oui, et comment!

 

…d’un bond j’attraper la serviette et le maillot de bain … je vais vers le bassin tandis que le “papa” m’explique que du aux pénuries d’eau il y a seulement de l’eau le soir  et qu’ils en profittent pour remplir le bassin. Juste a ce moment j’entre dans l’eau, et la conversation s’interromp quelques secondes … je ne m’en suis pas rendu compte, etant tellement bien,la, couché dans l’eau avec une sensacion de fraîcheur indescriptible. Qui aurait dit qu’ici je pourrait profiter d’une bain des plus frais.

Le ‘papa’ continue à parler a moitie de dos, ce que j’avais premierement attribué à la gêne de me voir nager. La conversation a pris fin au bout de quelques minutes.

Après avoir passe 5’ dans l’eau, je me lève, je sors du bassin et je me dirige vers la où il y a Alex. Je croise le fils…

 

Comme l’eau est bonne …

-oui

-Et comment ca se fait que vous avez ce bassin d’eau?

-C’est tout ce qu’on a pour la journée, on l’utilise pour cuisiner, pour se baigner et pour laver les vetements …

(Alors je demande tout surpris)

-c’est bien etrange de se baigner la dedans..

– (Tout surpris il me dit) Man … non, pas dedans! On utilise un recipient pour s’arroser, si tout les gens se lavaient dedans, l’eau finirait completement sale!

 

A ce moment, j’ai compris les quelques secondes qui vont interrompre la conversation avec “papa” … je ne sais pas si son fils a vu mon visage choqué …

Heureusement que le “papa” travaillait de nuit a s’occuper d’une personne âgée et que je ne crois pas qu’il ait dit quoi que ce soit à la famille vu que le soir nous avons tous dîné ensemble. Le dîner était très bon, mais tout de meme avec un leger goût de sable … hahahaha

Nicaragua, volcanos i lagos

Be, be, be… sembla q com mes pobre es un pais a Centroamerica mes evolucionat esta. Nicaragua ens ha sorpres gratament, carreteres ben pavimentades, servei de recollida d’escombraries als pobles, cartells indicatius a les carreteres, menys soroll i menys calor…

Ens ha semblat un pais mes tranquil i agradable. Tambe hem tingut MOLT bones experiencies al dormir. Primera nit molt tranquila a un pati d’un juntament amb vigilancia i al costat del parc central on hi havia wifi gratuita, com a tots els parcs dels pobles i ciutats, accio feta per l’estat per a q tothom pugui accedir a internet; 3 nits a Leon amb Airb&b amb una dona molt amable; 2 nits a una esglesia amb un Pare molt generos i encantador q vam fer molt bones xerrades a mes ens va donar a coneixer un llac dins d’un crater q vam flipar; 4 nits a Diriamba amb Airb&b amb un familia (pares, avis, cunyats i gossets) moooolt interessants i on ens van llogar per un modic preu una motoreta q ens va permetre fer alguna bona passejada i aventura; i 2 nits a un hostel molt ben situat pro no tant interessant pel soroll i la de hipis q hi havia…

Et bien, et bien … nous y voila donc! Cette visite au Nicaragua nous a surpris agréablement, des routes bien goudronnées, des services de collecte des ordures dans les villages, des signes indicatifs sur les routes, des gens qui semblent avoir une qualite de vie bien meilleure que nulle part ailleur en Amerique centralejusque la, on trouve des puits dans les communautes reculees qui donnent acces a l’eau potable, de la variete culinaire (oh quel bonheur on n’y croyait plus….) le riz et frijoles est toujours le top 1 mais au moins on peut trouver un peu de choix, aussi moins de bruit et moins de chaleur …il semblerai donc que le pays le plus pauvre d’Amérique centrale soit aussi le plus développé, en grande partie grace a des aides internationales venues principalement des Etats Unis et Canada.

Donc un pays calme et agréable, ou l’on trouve de nombreux volcans, eteints et en activite, des lacs et des lagons dans les crateres, des coins paradisiaques au bord de l’ocean, et des pistes de terre qui nous portent a de petits villages oublies avec leurs troupeaux de vaches, porcellets et poules qui vagabondent tranquillement dans la poussiere. Nous avons également eu de très bonnes expériences pour dormir. Une première nuit chez les pompiers, dans une cour calme au milieux des camions d’intervention et vehicules abandonnes, on mangera des empanadas accompagnees de salade de choux et bananes frites, un delice! A notre grande surprise on trouve dans le centre ville un parc immense où les locaux se reunissent tous les soirs, terrain de basket, jeux infantile, buvettes, lumieres et musique, et Wifi gratuite comme dans tous les parcs de toutes les villes de Nicaragua, une des mesures prises par l’Etat pour q tout le monde puisse accéder à l’Internet; Suivront 3 nuits a Leon avec Airbnb chez une dame très sympathique, son fils et sa fille etudiants et son papa de 80 ans assis sur sa chaise dehors a l’ombre a saluer les passants; 2 nuits suivantes heberges dans une église par Père Carlitus, très généreux qui nous offrira aussi le ptit dej et nous fera visiter son petit village et son Lagon, de grandes conversations et on profitera de l’occasion pour aller explorer en velo le lac d’un cratère, L’etape suivante nous portera a Diriamba, (AirbnB est une bonne formule!) on passera 4 jours avec une famille adorables et intéressants (parents, grands-parents, frères et chiens) où on a l’impression de faire un peu partie de la famille, on discute a tout moment de la journee, on mange tous ensemble, et on repartira avec des petits cadeaux souvenirs de Nicaragua (!) Un peu fatigues des velos et de la chaleur on louera une moto pas chere qui nous permettra de faire un bon tour de la zone avec la visite de la laguna d’Apoyo, de Granada et du marche artisanal d’Antigua et un peu d’aventure dans les pistes perdues de l’arriere pays. De bons moments au Nicaragua!

El Salvador. Agreablement surpris!

Contrairement a ce que l’on avait prevu, apres avoir rencontre de nombreux voyageurs et cyclotouristes ayant passe par Salvador, et ayant recu des impressions favorables du pays, on decide d’y passer aussi qq jours. La visite fut breve mais fort agreable et on gardera un bon souvenir de ce pays.

Le paysage change un peu du fait qu’on longe maintenant la cote. L’interieur des terres reste semblable au guatemala du sud pour ce qui est de la vegetation. Au moins on n’a plus ces desnivelles incroyables qu’on trouvait au Guatemala.  La Gastronomie est plutot triste, notre quotidien ne change pas trop du riz, frijoles, omelette et bananes frites. Mais a mon grand plaisir on agremente quand meme un peu tout ca avec les Pupusas qui sont des tortillas remplies de frijoles ou de legumes haches et de fromage, le tout frit. C’est un delice! Premiere nuit au camping de Giovanni. Un endroit paradisiaque au bord de la mer, une plage de sable noir, on plante la tente sous les cocotiers et on passe la soiree avec cette famille simple, humble et adorable.

2eme nuit passee dans un ‘love Hotel’, pas de signe a l’entree, la facade rose-bonbon, le gars qui fait une drole de tete en nous voyant arriver et on a vite compris pourquoi! Bien sur on a demande le tarif ‘nuit entiere’ et pour 15 dollards on a eu droit a chambre double avec douche privee, Air-C, music, miroirs au plafond et dance-pole! Quel luxe.

Sinon la chaleur est effroyable et on pedale le matin et en fin d’apres midi. Les heures entre 13 et 15h se passent a l’ombre et si on a la chance de trouver une station essence, avec air conditionne et jus de fruit frais. Et sinon c’est sieste dans les hammacs apres manger! On avance aussi un peu en bus pour profiter des services publiques les moins chers de toute Amerique centrale et c’est l’occasion de discuter et passer du temps avec les locaux qui sont vraiment agreables et serviables.

3eme nuit chez Jose de WarmShowers, de bons moments avec toute sa famille, on va a la plage, on cuisine ensemble et on rencontre d’autres cyclotouristes. Michelle, une irlandaise fort sympatique fera route avec nous pendant les 2 jours qui suivent et on en profitera pour ameliorer notre prononciation avec des lessons d’anglais quotidiennes!

4eme nuit cette fois chez les pompiers de la ville pour changer un peu, on campe dans le jardin, la douche est gratuite ce qui viens a point nome et on mangera une quantitee impressionante de pupusas tous ensemble. Jordi lui, passera des heures entieres a parler avec tous ses nouveaux amis 🙂

Bien sur, meme si on n’a vu aucune forme de violence durant cette courte visite, les choses ne sont pas couleur de rose par ici et les gens avec qui on parle nous en font un assez bon resume.. Deja c’est le pays au taux de violence et de crime le plus eleve.  Les ‘mares’ sont les differents gangs qui extirtent tous ceux qui n’en font pas partie. En bref, ca s’entre-tue a longueur de journee. Traffic de drogues, extortions, chantages, enlevements, assassinats et braquages sont monnaie courante.

700 policiers sont abattus a l’an, je sais meme pas comment on peux vouloir etre flic dans un pays comme ca…  En feuilletant un journal, on compte 3 ou 4 meurtres sur chaque page. Le record aurait atteint 32 en une journee et 80 en un weekend! Ici en regardant la couleur de chaussure des gens dans la rue, on trouve le bleu qui serait d’un gang et le rouge d’un autre, pratique pour pas perdre ses amis de vue…

Et puis pour enfoncer encore plus le pays, il y a la Corruption du gouvernement.

On nous raconte des histoires d’Aides Internationales (pour ameliorer les routes et developper les infrastructures de la cote) qui sont constamment detournees, des projets qui sont commences et jamais termines, et des politiciens qui se mettent des millions de cote pour ensuite disparaitre soi-disant mysterieusement decedes.

Bien sur l’ analphebetisme est aussi eleve, l’ecole n’etant obligatoire que jusqu’a 15 ans, une population qui ne pense pas, ca aide a controller les masses…

Les filles peuvent se retrouver enceintes a partir de l’age de 11 ans et l’avortement etant strictement interdit, elles enchainent les grossesses. Les grands parents s’occupent des enfants pendant qu’elles vont travailler et gagner 4 centimes. A la capitale il y aurait un hopital ENTIER destine aux accouchements. Une amie docteur de Giovanni en aurait eu 930 en une seule journee.. incroyable..

L’Alcoholisme est courant et accepte. Comme il y a peu de travail et  le peu qu’il y a est dur et peu paye, alors ca boit pour oublier, ou parce que ca s’ennuie de vivre. Du coup pour sortir du trou, la grande majorite des salvadoriens s’expatrient illegalement aux Etats Unis a la recherche du reve Americain: trouver un boulot en nettoyage ou en plonge, travailler 15h/j pendant 10 ans, envoyer des sous a la famille et essayer de ne pas se faire deporter en cours de route. Et le jour ou tu rentres tu peux te faire une jolie maison et vivre plus tranquille.

Malgres cette liste plutot noire, les touristes ne semblent pas avoir de problemes ici, du moins s’ils evitent les zones a risque. Hormis quelques  pickpockets, comme partout, peu d’incidents nous sont parvenus aux oreilles, on nous explique qu’il est plus dangereux d’etre un jeune du pays, et de vivre en ville (ou d’etre un hipopotame pour ceux qui ont suivi la triste histoire de Gustavo…) Mais les agressions arrivent rarement aux ‘Gringos’, on nous rassure en diverses occasions, disant que nous, on a rien a craindre.. On aura donc eu la chance de pouvoir visiter ce pays qui a tant souffert d’annees de repressions et de guerre civile. La chance de pouvoir rencontrer toutes ces familles, ces gens challeureux qui ont discute avec nous dans la rue, dans le bus et  a tt moment et qui nous ont acceuillis chez eux a bras ouverts.

 

 

 

Guatemala, Politics i Carreteres

Doncs si, les pitjors carreteres fins al moment. Es per flipar, carreteres secundaries q surten al mapa com quasi principals i son pistes de terra fetes una merda i amb uns desnivells per flipar, aptes tan sols per 4×4 o furgonetes molt altes. Impossible per busos… i alli estem nosaltres, 50km de pista trinxada amb 1800m positius i amb 40kg sota el cul. Evidentment se’ns va fer fosc i vam tenir de plantar la tenda alli al mig, sort q quan es va fer fosc, a 2000m d’alçada, hi havia una “poblacio” amb cases diseminades al llarg de 1km… per sort vam trobar una botiga on comprar aigua i coses per poder sopar i esmorzar.

El mes curios de tot es que aquella carretera havia estat asfaltada 8 VEGADES!!! i us preguntareu ‘com pot ser?’… doncs veureu… un del poble ens va explicar q aquest any el politic de torn ha promes q asfaltara la carretera i que ja te els diners per fer-ho. Ens ho deia rient ja q sera el nove cop que passa aixo. Resulta que la pasta q val asfaltar la carretera s’ha “perdut 8 cops” entre les butxaques dels politics, les dels constructors, les d la municipalitat i un llarg etz. Total que hi han centenars de km per tot Guatemala q s’ha pagat la pavimentacio pero q encara son una pista.

A part de tot aixo, la tira de carreteres q estan asfaltades estan apedaçades de tot arreu i hi falten molts troços d’asfalt. Fatal.

Curiosament el president esta a la preso, suposo q amb les butxaques ben plenes per quan surti sense culpa de res… tambe heu de saber q els politics a part de corruptes son els mes rics del pais, ja q es posen sous de 5000$/mensuals!!! quan un professor o policia cobra uns 800$/mensuals i un treballador de l’ajuntament q neteja parcs uns 300$/mensuals … per a q us feu una idea de la corrupcio politica q hi ha al pais. Tambe tenen un 80% d’analfabetisme i q tansols un 5% dels estudiants poden anar a la universitat, vaja… per flipar. Al costat d’aquesta gent el desgraciat del Rajoi i Asnar semblen santets… hahahaha

Evidentment hi ha molt amiguisme a les empreses i si no tens contactes oblidat de trobar feina encara que tinguies estudis universitaris, el 50% dels univeritaris no poden treballar del que han estudiat ja q els hi falten els contactes d’amiguisme.

Tambe dir q aqui hi ha tendencia d’aprofitar-se molt mes del turista, aixi pels busos publics, compres als mercats o a botigues es del tot frequent pagar mes q els locals. Per exemple un trajecte de 60km amb bus ens va costar 5,7€ i als locals 3,5; 8 platans 1,5 i als locals 0,4… provablement es en les paradetes del carrer i les botiguetes petites q menys et timen i et cobren el preu local, pero als llocs turistics millor preguntar a la gent abans de comprar o pagar q es el q els hi han cobrat a ells, sino segur q pagues mes.

Com a nota positiva del pais es la gent que es molt amable i agradable, la vegetacio, paisatge i cultura.  Hem pogut estar amb gent honrada i veure llacs i muntanyes com el volca Acatenango i el del Fuego, q han estat una experiencia dificil d’oblidar. No es veu cada dia una muntanya q treu foc i llença pedres a 150m d’alçada… BRUTAAAAAAL.

 

Oui, c’est donc les pires routes jusqu’à présent. C’est incroyable de trouver des routes secondaires qui sont presque indiquees comme principales et qui sont finalement des pistes qui sont dans un etat lamentable et avec des pentes seulement appropriées pour les camionnettes 4×4. Impossible pour les bus! … et donc nous sommes là, à 50 km sur cette piste avec un denivelle positif de 1800m et 40 kg sous le cul. Evidemment la nuit est tombee avant qu’on puisse arriver a destination et on a eu la chance de trouver une petite boutique la-bas, au milieu de rien et à 2000m d’altitude, et un ‘village’ avec des maisons disséminées le long de 1 km, sans electricite ni eau courante… heureusement on a pu acheter de l’eau, ainsi que de quoi preparer le dîner et le petit déjeuner.

 

Le plus curieux de tout est que cette route est censee avoir été asphaltée 8 FOIS !!! et vous vous demandez «comment c’est possible? … eh bien … un local nous a expliqué que le nouveau politique de cette année a promis qu’il fera l’asphalte de la route et qu’il vous a déjà l’argent pour le faire. Il nous a dit en riant que ce sera la neuvième fois que cela arrive. Tout simplement que le budget pour faire la route asphaltée s’a deja ‘perdu’ huit fois entre les poches des politiciens, des constructeurs, ceux de la municipalité et un grand ETC. Il y a des centaines de kilomètres à travers  Guatemala qui ont été payés, mais qui sont encore des pistes de terre…

 

Et avec tout ca, le reste de routes bitumées sont patchées de partout ce qui fait des bosses et a de nombreux endroits l’asphalte a disparu et les trous sont partout. On pedale en slalom. Fatal.

 

Curieusement, le président est en prison, avec je suppose des poches bien pleines pour quand il sortira sans etre accuse de quoi que ce soit … vous devez également savoir q politiciens corrompus font partie des plus riches avec des salaires qui arrivent a 5000$ /mois !!! quand un enseignant ou un agent de la police touche $ 800/mois et un travailleur de nettoyage touche 300 $ / mois q … pour vous donner une idée de la corruption politique dans le pays… Ils ont aussi un 80% d’analphabétisme et que seulement 5% des étudiants peuvent aller à l’université… incroyable.

Manifestement, dans les entreprises tout va avec les contacts et si tu connais personne tu peux oublier de trouver du travail, même si tu as des études universitaires, 50% des univeritaires ne peuvent pas travailler dans la branche qu’ils ont étudié parce qu’ils manquent de contactes.

Sur une note positive, les gens de la campagne sont très sympathiques et agréables, et on apprecie beaucoup la végétation, le paysage et la culture. On a pu rencontrer des locaux honnêtes, echanger avec eux et voir comment vivent les gens d’ici. On a aussi profiter de quelques jours de repos a Atitlan pour visiter les petits villages du bord du lac et aller se promener. Pendant les quelques jours passes a Antigua, on en a profite pour trekker le volcan Acatenango, une experience incroyable et une marche de 8h qui nous a portes au sommet d’ou on a pu admirer le volcan fuego en activite qui de temps en temps lance sa fumee et ses jets de pierres en l’air à 150m de hauteur dans un bruit d’explosion incroyable! Une expérience inoubliable.

Guatemala – des debuts mouvementes!

 

On commence ce nouveau pays avec une semaine tranquillette, bloques 3 jours dans la ville de Flores pour cause de pluies torrentielles. Apres 1 jour de velo tant attendu, c’est jordi qui fait des siennes et qui paie durement les petits pains a la creme qu’il avale sans retenue a longueur de journee… ce sera pour lui 2 jours de plus coince cette fois-ci aux toilettes!! Le pauvre. Une fois remis on se remet a pedaler gentilment mais la pluie nous rettrape et on est bons pour un jour de plus a passer dans la chambre d’hotel d’un petit bled. La semaine suivante est radicalement differente et commencent enfin les choses serieuses… Ca commence a grimper dur! Guatemala est assez semblable aux autres pays visites en terme de cuisine et culture, mais pour ce qui est du relief et de la vegetation, c’est un autre monde. Pays de volcans, le relief est incroyable, on grimpe toute la journee des cotes incoyables sous une chaleur intense. Au debut entoures de la jungle, on passe par des petits villages oublies du reste du monde, sans eau courante et sans electricite. On se retrouve sur une route secondaire qui s’avere etre une piste de terre et de pierres de plus de 50 kms qui n’en finit jamais. Des gamins surexcites qui hurlent a longueur de journee ‘Gringooos!!!!!!’ en nous voyant passer. Au debut c’est marrant au bout de 2 jours ils se font un peu lourds. plus on monte dans les hauteurs et plus les temperatures baissent, on passe la barre des 1000m et puis celle des 2000m avec des nuits sont fraiches et humides, la jungle et les palmiers ont disparu et on trouve maintenant des forets de pins a perte de vue. et des encore des cotes et des cotes! On chute a 40km/jour de moyenne et on est epuises… Heuresement qu’on trouve des petits coins paradisiaques en cours de route ou se reposer un peu les jambes, comme le fleuve de Semuc Champey aux eaux claires et rafraichissantes 🙂